Articles de fond

3 règles d’or pour bien investir votre argent

John Romain, 19 septembre 2016

À condition de bien planifier, de répartir efficacement votre argent en investissements liquides et non liquides et de réfléchir intelligemment aux échéances, vous avez toutes les cartes en main pour assurer un rendement optimal à votre argent et accroître votre capital.

Règle 1 : établissez un projet (de vie)

Il en va des investissements comme de la vie : ce n’est que lorsque vous savez ce que vous voulez que vous pouvez y travailler. Quels sont vos rêves et vos objectifs? Si vous avez un projet de vie, vous pouvez établir un plan financier. Quelles sont vos ressources aujourd’hui et que seront-elles demain? Comment atteindre vos objectifs avec vos ressources actuelles? Qu’est-ce qui vous est accessible? Quelles sont vos échéances? Dans la pratique, il n’est pas si facile de choisir les bons produits financiers et de trouver une bonne stratégie pour atteindre vos objectifs et réaliser vos souhaits. Il est recommandé de faire appel à un conseiller financier indépendant afin de comparer les produits financiers, d’analyser leur rendement et leurs risques, et d’évaluer ce qui correspond le mieux à votre plan personnel. Naturellement, il est également important de réévaluer régulièrement votre plan et de l’ajuster. Votre conseiller financier peut vous aider à assurer ce suivi.

Règle 2 : ne vous emprisonnez pas vous-même

Épargner et investir est une bonne idée, mais ne vous emprisonnez pas vous-même : veillez à conserver suffisamment de liquidités dans votre planning financier. La plupart des gens épargnent et investissent surtout pour pouvoir vivre confortablement après leur pension. Quatre des cinq piliers de la pension partagent deux caractéristiques : ils sont fiscalement avantageux mais totalement immobilisés. Votre argent est bloqué pour un certain temps et vous ne pouvez rien y faire. Vous recevez le premier pilier, votre pension légale, à l’âge de la retraite. Jusque-là, elle est immobilisée. Vous ne pouvez réclamer votre assurance groupe ou votre PLCI (pension libre complémentaire pour indépendants) que vous constituez via votre travail qu’au plus tôt à votre 60ème anniversaire, mais vous êtes alors puni fiscalement. L’État cherche ainsi à vous garder au travail jusqu’à ce que vous ayez 65 ans. L’argent que vous mettez de côté est donc immobilisé jusqu’à cet âge. Le montant que vous économisez via l’épargne-pension avec une réduction d’impôt est lourdement taxé si vous le retirez de façon anticipée. Vous ne pouvez en disposer librement qu’après votre 60ème anniversaire ; il est donc immobilisé jusque-là. Votre assurance-vie fiscale avec réduction d’impôt est elle aussi frappée d’une lourde taxe en cas de prélèvement anticipé. Vous ne pouvez en disposer librement qu’après votre 60ème anniversaire. Jusque-là, cette partie de votre capital est également immobilisée. Et il reste encore le cinquième pilier, votre propre habitation. Vous pouvez bien sûr la vendre, mais vous devrez alors en acheter une autre car vous devez quand même vivre quelque part. Cette partie de votre capital est donc également immobilisée. Ce n’est que l’argent que vous épargnez et/ou placez sans avantage fiscal qui est liquide et que vous pouvez donc prélever à tout moment. La difficulté consiste à bien déterminer la part de votre capital qui doit rester liquide. Un conseiller financier indépendant peut vous y aider.

Règle 3 : pensez en échéances

Si vous voulez que votre capital continue à vous rapporter de l’argent toute votre vie durant, exploitez au mieux le facteur « temps ». Apprenez à penser en échéances : de quel montant avez-vous besoin à court ou moyen terme et duquel pouvez-vous vous passer? Le bon horizon temporel vous permet d’obtenir le meilleur rendement possible sur toute la ligne.

Ceci s’applique évidemment lorsque vous êtes jeune et que votre argent peut travailler pour vous à long terme, mais lorsque vous êtes retraité aussi, cette réflexion à long terme est très importante. En Belgique, nous vivons de plus en plus vieux. Au cours des 20 dernières années, la durée de vie restante moyenne après 65 ans a progressé de deux ans. Lorsqu’on vit plus longtemps, il faut évidemment aussi faire tenir plus longtemps le capital qu’on a constitué pendant sa vie active. Autrefois, on disait aux investisseurs d’investir de façon plus défensive au fur et à mesure qu’ils vieillissaient. Aujourd’hui, cette stratégie ne marche plus, en raison des taux bas et de l’inflation faible combinés à l’allongement de l’espérance de vie. Si vous investissez de manière purement défensive, vous allez souffrir des taux d’intérêt bas sur l’épargne et des investissements à taux fixes avec un profil de risque faible.

Si vous ne voulez pas que votre capital dorme, vous devez vous y prendre autrement. Vous avez en moyenne 20 ans devant vous lorsque vous partez à la retraite. C’est bien assez pour profiter du potentiel supérieur des actions : vous pouvez supprimer le risque à cet horizon temporel. Si vous aimeriez investir intelligemment, pensez en échéances. Divisez votre capital total en 2 parts au moins. La première part doit être investie de façon totalement défensive, sans risques, au cas où vous en auriez besoin dans les prochaines années – à court terme donc. La deuxième part peut être investie avec plus de risques, en fonction de votre profil et de la période pendant laquelle vous pouvez vous en passer. Vous pourrez ainsi bénéficier de plus-values sur vos actions et sécuriser vos revenus pour la pension.

Venez donc !

Prenez rendez-vous

Partager cet article

3 règles d’or pour bien investir votre argent

À condition de bien planifier, de répartir efficacement votre argent en investissements liquides et non liquides et de réfléchir intelligemment aux échéances, vous avez toutes les cartes en main pour assurer un rendement optimal à votre argent et accroître votre capital.