Articles de fond

Comment protéger financièrement votre compagnon/compagne

Christel Buijsen, 29 juin 2016

Vous préférez ne pas y penser, mais que se passe-t-il si votre compagnon décède soudainement et vous restez seul, ou vice versa? Tout est bien réglé dans ce cas ?

“Vous pouvez chiffrer les hypothèses: quelle est la perte financière en cas de décès de votre compagnon? Vous pouvez couvrir ce montant par une assurance-décès temporaire »

“Jusqu’à ce que la mort nous sépare”, c’est la promesse de mariage classique. Et ensuite? Si vous n’êtes plus à deux, la vie devient beaucoup plus chère. Un revenu tombe, il y a la succession… Si vous voulez que votre compagnon soit financièrement protégé lorsque vous décédez, il vaut mieux bien régler les choses avant, même s’il n’est pas toujours facile de parler d’amour et d’argent.

Christel Buijsen, experte financière d’Immotheker Finotheker: “votre relation et l’argent forment une combinaison difficile à un moment où les émotions et l’argent ne se recouvrent pas vraiment. Si c’est le cas sur le plan émotionnel et la situation financière des deux compagnons n’est pas en équilibre, il y a d’autres solutions. Si un compagnon dépend financièrement de l’autre, plus riche, il est important de penser à l’avenir. Vous pouvez chiffrer : quelle sera la perte financière en cas de décès de ce compagnon? Cette perte ne sera pas aussi grande dans chaque phase de votre vie ; si vous avez de jeunes enfants qui n’ont pas encore entamé les études, vous aurez besoin d’un montant plus élevé que quand ces enfants ont déjà quitté le foyer, par exemple. En souscrivant à une assurance décès, vous pouvez vous assurer contre la perte de ce montant.

Grâce à l’argent d’une telle assurance décès, votre compagnon peut par exemple également payer des droits de succession. Ou encore, quand il s’agit d’une famille nouvellement composée, où les enfants de la première relation doivent recevoir leur part héréditaire immédiatement, il est important que le compagnon dispose d’assez de moyens afin de maintenir son niveau de vie.”

Quel est le bon moment pour souscrire à une assurance décès?

Christel Buijsen: “En principe, ça peut se faire à n’importe quel moment dans votre vie. Il est important de penser à une assurance assortie d’une couverture décès avant d’être confronté à des problèmes de santé. Ne pensez pas : ‘cela ne m’arrivera pas’. Si vous êtes jeune et en bonne santé, les frais sont très limités. C’est à ce moment que souscrire à une telle assurance décès pour votre compagnon pour un montant important est encore possible moyennant des primes tout à fait raisonnables. Le risque est alors très réduit pour la compagnie d’assurance, donc il en va de même pour la prime. Souscrivez à une assurance pour une durée aussi longue que possible. De cette manière, vous choisissez vous-même jusque quand vous voulez garder cette assurance et vous ne devez pas passer une nouvelle acceptation médicale si vous voulez resouscrire, car peut-être, ça deviendra un peu plus difficile à cause d’un taux de cholestérol trop élevé, le surpoids, le fait de fumer… En payant des primes de risque annuellement, vous pouvez estimer votre risque et quelle couverture il vous faut d’année en année. Ainsi, vous pouvez la faire baisser petit à petit. Le conseil le plus important que je peux donner pour une assurance décès : ne mentez jamais sur votre santé. Si vous le faites et ça se découvre, vous avez payé toutes ces primes pour rien. Dans ce cadre, il est d’autant plus intéressant de savoir que certains risques, et donc la prime, peuvent être revus. Imaginons que votre taux de cholestérol était trop élevé, mais qu’il a amélioré entre-temps? Vous pouvez souvent demander une révision.”

Que fait-on si l’un des deux compagnons gagne moins?

Christel Buijsen: “il est également important de prévoir une protection si l’un des deux compagnons peut s’épanouir moins facilement au niveau professionnel parce qu’il ou elle prend une grande part des tâches ménagères à son compte et s’occupe des enfants. Les conséquences d’un tel choix pour votre carrière s’expriment en valeur financière et on peut trouver un accord sur ce sujet. Ne le faites pas uniquement en cas de décès, mais également où cas où la relation prend fin. Dans le cas d’une séparation par exemple, on peut prévoir une récompense financière au niveau de la division des biens et de la maison.”

“Votre organisme prêteur vous demande une assurance solde restant dû? N’optez pas automatiquement pour la prime la plus avantageuse, mais analysez qui a besoin de plus de protection.”

Comment pouvez-vous vous assurer que votre compagnon ne doit pas rembourser la maison tout seul si vous n’êtes plus là?

Christel Buijsen: “Un autre outil important de protection financière pour votre compagnon, est votre assurance solde restant dû. Même si celle-ci n’est pas obligatoire lors de la conclusion d’un crédit, il peut s’avérer intéressant de la prendre – éventuellement croisée – afin de s’assurer que votre crédit sera (au moins en partie) remboursé au moment de votre décès ou celui de votre compagnon.

Cette assurance solde restant dû peut être imposée par l’organisme prêteur, soit à 100%, soit à un pourcentage plus bas. L’option à100% offre bien évidemment la protection la plus élevée. Vous voulez utiliser le capital versé pour rembourser votre prêt ou pour avoir la liberté d’utiliser ce capital autrement et maintenir le prêt? Vous pouvez régler tout comme vous voulez. “

Venez donc !

Prenez rendez-vous

Partager cet article

Comment protéger financièrement votre compagnon/compagne

Vous préférez ne pas y penser, mais que se passe-t-il si votre compagnon décède soudainement et vous restez seul, ou vice versa? Tout est bien réglé dans ce cas ?